top of page

5 conseils pour éviter les Pfas

Dernière mise à jour : 3 juin


Des Pfas dans l'eau du robinet

Que sont les Pfas? Une définition


Les Pfas sont des composés chimiques perfluoroalkylés et polyfluoroalkylés.

On en dénombre plus de 4700 différents.

Ce sont des substances chimiques synthétiques utilisées par les industriels depuis les années 1940 pour leurs propriétés anti-adhésives, résistantes à la chaleur et imperméabilisantes. Ils sont très stables. Ils résistent donc à la dégradation et persistent dans l'environnement.

99 % des habitants de la planète présenteraient des traces de Pfas dans leur sang.

Où les retrouve-t-on?

Dans toutes sortes de produits de notre vie quotidienne!

Quelques exemples:


  • dans les poêles à revêtement anti-adhésif (Teflon™)

  • dans les vêtements et chaussures imperméables (caoutchouc, Gore-Tex™), les textiles résistants à l’eau ou traités anti-taches (ScotchGard™)

  • dans les mousses anti-incendie (extincteurs)

  • dans les emballages de fast-food (hamburgers, sandwichs, etc.), les cartons à pizza, et tous les emballages alimentaires imperméables ou résistants à la graisse

  • dans les pesticides utilisés par le secteur agricole

  • dans l’alimentation: l’eau du robinet (les carafes filtrantes ne les enlèvent pas!), les œufs et produits dérivés, les poissons, les fruits

  • dans certains produits cosmétiques: mascaras (waterproof par exemple), fonds de teint, poudres de maquillage, soins anti-âge, rouges à lèvres et vernis à ongles (ex. semi-permanents), tous les produits résistant à l’eau et/ou à l’usure…

  • dans les produits ménagers

  • dans les produits et matériaux utilisés lors des loisirs et des travaux de bricolage

  • dans l’automobile, la construction, l'imprimerie, etc.


Quels sont les risques connus ?

des risques pour l’environnement:
  • on les appelle les “polluants éternels” et ils portent bien leur nom

  • ils ont contaminé l’eau, l’air, le sol

  • ils ne se dégradent quasiment pas

  • ils passent allègrement des décharges d’immondices aux sols, aux nappes phréatiques et donc au vivant (fruits, légumes, animaux, humains)

des risques pour la santé
  • dommages au foie, altération des enzymes hépatiques, augmentation du cholestérol et des risques de diabète de type II et d’obésité

  • ce sont des perturbateurs endocriniens !, ils ont donc des effets sur le système hormonal

  • effets sur la thyroïde

  • certains cancers (prostate, reins, testicules…)

  • atteintes du système nerveux: autisme, hyperactivité

  • atteintes du système immunitaire, surtout chez les jeunes enfants: allergies, asthme, diminution de la réponse vaccinale

  • baisse de la fertilité, pré-éclampsie, petit poids à la naissance

Et tous ces risques sont augmentés par “l’effet cocktail” lié à l’exposition combinée à plusieurs produits chimiques, par exemple via d’autres pesticides et la pollution de l’air.



Comment les éviter (ou les limiter)?

Tout d’abord, par une réglementation efficace

Or la nouvelle norme européenne pour l’eau du robinet fixant le maximum à 100 nanogrammes/litre (= 0,1 microgramme/litre) - qui ne prend en compte que 20 Pfas... - ne sera applicable qu’en 2026. En ce qui concerne l’alimentation, la norme est de 0,5 microgramme/litre pour l’ensemble de tous les Pfas.


Certains pays ou régions prennent les devants et l’appliquent déjà ou appliquent des règles plus strictes comme le Danemark. Mais cette réglementation n’est malheureusement pas encore assez stricte et fait déjà l’objet de nombreuses réflexions visant à l’abaisser.


Quelques pays (Allemagne, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Suède) demandent également une nouvelle révision du règlement REACH concernant l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances, afin de responsabiliser les industriels.


Ce type de réglementation constitue évidemment une base nécessaire mais, dans les faits, de nombreuses dérogations sont toujours accordées à certains secteurs d’activité. De plus, lorsqu’on interdit certaines substances, presque immédiatement, de nouvelles substances apparaissent sur le marché, qui y ressemblent mais ne sont pas encore visées par la loi…


Par ailleurs, ces substances étant très pratiques à utiliser et de moindre coût, les industriels en raffolent car elles leur permettent d’engranger d’énormes bénéfices. Ils exercent alors inévitablement des pressions pour empêcher ou ralentir la mise en œuvre des nouvelles réglementations.


5 conseils pour éviter les Pfas au quotidien
  • Choisir des poêles en inox, en fonte ou en acier

  • Éviter tous les aliments de type "fast-food" dans des emballages imperméables

  • Consommer des fruits et légumes bio, des œufs bio

  • Privilégier les cosmétiques bio certifiés, car les Pfas y sont interdits

  • Filtrer l’eau du robinet à l’aide d’un filtre au charbon actif

Le problème de l'eau potable et mon expérience personnelle

Selon le toxicologue Alfred Bernard (de l'Université catholique de Louvain, Belgique), bien avant la contamination des fruits et légumes et celle des aliments d'origine animale, la contamination la plus problématique pour notre santé est celle de l'eau potable.


« Les effets délétères qu'on associe aux PFAS, notamment au niveau de l'immunité ou au niveau endocrinien, sont en grande partie pratiquement toujours associés à l'exposition via l'eau potable. C'est donc une source importante d'exposition en cas de contamination d'eau potable, simplement parce que nous consommons 2 litres par jour en moyenne (...) » (Alfred Bernard, RTL Info, 27/02/2024)


En tant que nutritionniste et maman, le sujet de la qualité de l'eau que nous consommons au quotidien et que je propose à mes enfants me tient fort à cœur. Au cours des dernières années, je me suis intéressée de plus en plus près à cette problématique. Mon opinion et mon comportement de consommatrice ont aussi beaucoup évolué au fil de mes recherches.


Pendant de nombreuses années, j'ai utilisé de l'eau minérale ou de source en bouteilles en plastique pour éviter de boire l'eau du robinet que je savais plus ou moins contaminée et dont je n'aimais pas le goût. Lorsque des études scientifiques ont montré que les micro-plastiques de la bouteille pouvaient migrer dans l'eau contenue, je me suis tournée vers les bouteilles en verre.


Il y a quelques mois, je me suis lancée dans la recherche d'alternatives, principalement pour les raisons suivantes:

  • le transport des casiers de bouteilles en verre toutes les trois semaines me semblait de plus en plus pénible...

  • nous avions vu apparaître dans les médias quelques cas de contaminations graves de sources de grandes marques

  • je souhaitais pouvoir devenir un jour, le cas échéant, autonome dans ma production d'eau potable via la récupération et le traitement de l'eau de pluie (parce qu'on ne sait jamais...) et rendre mon réseau domestique prêt à accueillir les adaptations nécessaires


Après avoir consulté de nombreux sites internet, lu beaucoup de documentation et effectué de multiples comparaisons des avantages et inconvénients, j'ai porté mon choix sur un système de purification d'eau m'offrant une solution complète et sûre. Ce système me convient parfaitement. Et, cerise sur le gâteau, le goût de l'eau purifiée est comparable à celui d'une eau minérale, ce qui nous pousse à en boire plus, avec tous les bénéfices pour notre santé...!


Si vous souhaitez que je vous partage toutes les informations sur les différents systèmes de traitement efficace de l'eau potable à la maison, réservez une séance privée de 30 minutes en visio (prix: 27€) en cliquant sur le bouton Contact. Mentionnez «Séance privée Traitement de l'eau» dans l'objet. Au cours de cette séance, je vous ferai part du résultat de mes recherches et comparaisons de techniques. Je vous détaillerai les avantages et les inconvénients des différentes solutions proposées sur le marché. Je vous parlerai également de la solution que j'ai choisie et fait installer à mon domicile, et pourquoi je la recommande. À la fin de cette séance, vous y verrez beaucoup plus clair. Vous aurez ainsi toutes les cartes en main pour choisir le système le plus adapté à votre situation.





Sources


Directive (UE) 2020/2184 du 16 décembre 2020 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine

Feuille de route de la Commission européenne : « Commission staff working document : Restrictions Roadmap under the Chemicals Strategy for Sustainability », du 25 avril 2022

EFSA Journal, Risk to human health related to the presence of perfluoroalkyl substances in food, septembre 2020 [https://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/6223?etrans=fr]

https://www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr/mieux-comprendre-les-pfas-leurs-effets-les-textes-applicables


Comments


bottom of page